L’hygiène du bâtiment destiné aux veaux

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La plupart des maladies chez les veaux sont souvent «multifactorielles». Cela signifie que l’apparition d’une maladie est due à plusieurs causes. Ainsi une diarrhée peut provenir soit d’agents pathogènes, soit d’une alimentation inadaptée, soit du stress ou bien des trois à la fois. Dans ce qui suit, nous vous donnons des indications pour venir à bout des infections à répétition et sur l’importance de l’hygiène dans l’élevage des veaux.

Hygiène
De nombreux facteurs positifs contribuent à maintenir le veau en bonne santé. De la paille en grande quantité, du colostrum en quantité et qualité suffisante, une buvée irréprochable n’en sont que quelques-uns. Lors de l’installation des animaux dans l’igloo ou dans le bâtiment, l’hygiène, facteur primordial, est souvent laissé de côté. Nettoyage et désinfection rigoureuse ne sont en général effectués que dans les élevages porcins et avicoles. Mais les coccidies, les cryptosporidies ou les salmonelles sont présents également chez les bovins. C’est pourquoi, afin d’éviter des maladies chez les très jeunes veaux, période particulièrement sensible, les mêmes normes d’hygiène doivent être respectées.

Il est donc important d’attacher une importance toute particulière à cette période critique de l’élevage des veaux. On différencie trois domaines critiques pendant cette phase d’élevage qu’il est nécessaire d’approfondir.

Hygiène au moment de la naissance
Le domaine de l’hygiène au moment de la naissance reste encore un peu flou. En fait, il faut commencer par l’alimentation de la mère. Seul une alimentation optimale permet d’apporter au fœtus les nutriments en suffisance. L’alimentation pendant la période de tarissement a une influence directe sur la qualité du colostrum. Une vache trop grasse a plus de problèmes au vêlage qu’une vache en condition optimale. Un autre point critique est le thème de l’aide au moment de la naissance. Le chef d’exploitation doit naturellement contrôler si tout se présente bien, c’est à dire si le veau est bien placé et qu’aucune complication n’est à prévoir.

Trop de précipitation de la part d’un employé est une erreur souvent remarquée qui peut blesser le veau et la vache lors d’une naissance précoce ou difficile. Il est préférable, le plus souvent, dans ces cas-là de laisser « faire la nature ». Lors des examens de contrôle, comme celui de l’aide à la délivrance, on doit absolument se laver les mains afin d’éviter d’introduire des germes dans l’appareil génital. « L’accoucheur » doit aussi respecter pour lui-même les règles d’hygiène et si possible, porter des vêtements stériles.

Hygiène de l’élevage
L’hygiène de l’élevage a de nombreuses facettes. Ce domaine s’étend de l’environnement du bâtiment à la désinfection des igloos. Selon la stabulation, différentes possibilités et obligations sont à respecter. Les igloos individuels ont l’avantage de diminuer la pression microbienne des pathogène du sol avec le changement de son emplacement ! Les parois intérieures ainsi que les barrières doivent être nettoyées et la litière souillée par les excréments doit être retirée le plus tôt possible après l’occupation de chaque veau. La propreté des stalles en bois est plus difficile à obtenir. Il n’est pas possible d’atteindre une propreté à 100% du fait du maintien des germes et de la saleté dans les fentes et les fibres du bois. Les litières de paille doivent être régulièrement changées. Les produits asséchant voir désinfectant (grossiers ou farineux) peuvent être une aide et souvent ils peuvent être épandus même en présence d’animaux.
Le nettoyage et la désinfection interrompent la chaîne de l’infection (voir aussi l’image) mais il faut utiliser le produit adapté, à la bonne concentration tout en respectant la durée d’application. À cet effet, il est impératif d’appliquer les recommandations du fabricant. La température de l’étable fait également partie du domaine de l’hygiène de l’élevage. L’élevage à l’extérieur l’a prouvé. Il n’y a aucune crainte à avoir en cas de grand froid ou de courants d’air. Ce qui est important pour les animaux, c’est qu’ils aient à leur disposition un endroit sec pour se réfugier et profiter d’un microclimat. Ceci est valable également pour les veaux élevés en bâtiment. Certaines étables modernes de vaches laitières possèdent un grand volume d’air, bon pour les vaches, mauvais pour les veaux. Il est préférable dans ce type de bâtiment, d’installer un faux plafond pour protéger les veaux des courants d’air et du froid. Pour que l’hygiène soit parfaite, un changement régulier de la litière avec de la paille fraîche, un contrôle régulier des buvées ainsi qu’un apport quotidien de fourrage et d’aliment concentré doivent être effectués.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
ARTICLES RECENTS
SKECTH ANIMALIER

Articles en rapport

S'inscrire à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire.